Apr 21, 2022

IUOE Op-Ed: "Skilled workers, and the climate, stand to benefit from advanced energy technology"

For many hardworking Canadians, employment in the building trades provides the stability, security, skills, and salary to avoid poverty and proudly succeed as working members of society. Highly trained with qualified transferable skills, these workers are adaptable, experienced and prepared to take on any challenge made available to them. Their work helps to build the backbone of Canada’s economic infrastructure, from roads and highways to nuclear power generating facilities and wind turbines. 

The foundation of our economy is built on natural resources, with Natural Resources Canada noting fossil fuels make up 76% of Canada’s total primary energy supply. In 2020, oil and gas represented around $105 billion of Canada’s GDP, yet also accounted for a significant portion of the country’s greenhouse gas emissions. As Canada shifts towards a net-zero emissions future, while still meeting the growing demand for energy, we will need to transition to clean energy options which provide hardworking Canadian tradespeople with meaningful and comparable employment to the jobs currently available in oil and gas.

This monumental task will require a massive team effort by governments and stakeholders across industry and labour to ensure that Canada will be successful in leveraging low-emitting energy sources to the benefit of Canadian workers and the climate. We will need nuclear energy to achieve this goal. There is no viable model for a transition to net-zero emissions without nuclear; it is the most reliable, energy-dense, and clean form of energy currently available to us. It provides the most stable, wealth-generating employment and career-advancing opportunities in the clean energy sector, allowing for the transfer of “like-for-like” jobs from the fossil fuel sector to clean energy as a part of a Just Transition framework.

To successfully transition workers from carbon intense industries to clean energy, the workers must be provided avenues to smoothly transfer into other employment opportunities. Workers and their families deserve to feel confident about a clean energy shift that does not come at their expense. According to the Occupational Transferability Study, commissioned by the American Petroleum Institute and North America's Building Trades Unions, there currently exists limited avenues for oil and gas workers to transition to comparable jobs in the clean energy sector without nuclear being part of the mix. If today’s clean energy jobs cannot actively attract fossil fuel workers, then the market forces that are already transforming the energy sector will do so without incorporating tenets of a Just Transition.

Our nation has a real opportunity to grow the economy while addressing climate change and supporting workers. From our perspective, Canada has the key components to help make the development of the next generation of nuclear technology a success: a skilled workforce, the ability to supply and procure materials and components, and ready access to shipping for exports. Canadians would benefit through the creation of good, highly skilled jobs and the expansion of career opportunities, while simultaneously improving
the environment.

The construction, manufacturing, and distribution of advanced small modular reactors (aSMRs) will provide employment opportunities for Canadian workers, including women, Indigenous people, and visible minorities. Ontario, Saskatchewan, Alberta, and New Brunswick have the capabilities, workforce, and systems in place to make aSMRs a reality. These small modular reactors will be vital in addressing climate change, both in their export abroad and their use domestically. The advanced technology will shift northern communities off diesel, decarbonize existing mining and fossil fuel activities, assist in the production of hydrogen, and support cleaner alternatives for other industries. Designed with enhanced safeguards, they keep electricity costs low, decrease waste, and provide safe and reliable carbon-free electricity.

Growing clean electricity capacity will be a key element to Canada’s goal of reaching net-zero emissions by 2050. According to the International Energy Agency, without nuclear investment, achieving a sustainable energy system becomes more difficult, emissions continue to rise at extraordinary rates, electricity systems become less flexible, and renewables harder to justify given their upfront costs and capacities. To successfully fight climate change, strengthen the nation’s energy security, and ensure the prosperity of our tradespeople, we need industry, labour, and government working together to leverage Canada’s world class nuclear industry to achieve a Just Transition that benefits working families across the country.

About the International Union of Operating Engineers

The International Union of Operating Engineers ("IUOE") is a progressive and diversified trade union representing workers in a wide variety of occupational categories. Made up of 17 Local Unions across Canada, our 55,000 members have helped build Canada’s infrastructure and have been involved in the production of Canada’s resources and delivery of its critical health care and community services since 1896. Our members construct and shape the skylines of Canada—we are the specialists that build roads, schools, hospitals, pipelines, solar and wind farms, and more. We have proudly served Canada’s nuclear sector and are committed to small modular reactors as a source of clean, safe, and affordable energy.

 

*French version to follow. 


 

Opinion : "la technologie d’énergie avancée profiterait à la main-d’oeuvre qualifiée tout comme au climat"

Pour bon nombre de travailleurs et travailleuses du Canada, les métiers spécialisés offrent la stabilité, la sécurité, les compétences et le salaire nécessaires pour échapper à la pauvreté et connaître un fier succès en tant que membres actifs de la société. Hautement qualifiée et possédant des compétences transférables, cette main-d’œuvre est polyvalente, chevronnée et prête à relever tous les défis qui viennent à elle. Ses efforts contribuent à l’édification du cœur de l’infrastructure économique du Canada, des routes et autoroutes aux centrales nucléaires et installations éoliennes.

Notre économie est fondée sur les ressources naturelles, et selon Ressources naturelles Canada, les combustibles fossiles représentent 76 % de l’offre canadienne totale d’énergie primaire. En 2020, le pétrole et le gaz comptaient pour près de 105 milliards de dollars du PIB canadien. Or, on leur attribue également une part importante des émissions de gaz à effet de serre de notre pays. Dans les années à venir, le Canada continuera sa transition vers des solutions carboneutres tout en répondant comme toujours à la demande d’énergie croissante, et nous devrons opter pour des sources d’énergie propre qui créent pour nos gens de métier des emplois valorisants et comparables aux emplois actuels dans le secteur du pétrole et du gaz.

Il s’agit d’une tâche colossale qui exigera des efforts concertés de la part des gouvernements et des acteurs de l’industrie et des syndicats pour que le Canada réussisse, pour le bien de la main-d’œuvre canadienne et du climat, à tirer parti des sources d’énergie à faibles émissions. Pour atteindre cet objectif, nous aurons besoin d’énergie nucléaire. Un modèle viable de transition vers la carboneutralité implique nécessairement ce type d’énergie. Il s’agit de la source la plus fiable, la plus concentrée en énergie et la plus propre à notre disposition à l’heure actuelle. Elle s’accompagne également des emplois les plus stables et les plus rentables et des meilleures perspectives de carrière dans le secteur de l’énergie propre, permettant une « transition équitable » du secteur des combustibles fossiles vers des emplois « comparables » dans le secteur de l’énergie propre.

Pour une transition réussie des industries qui produisent beaucoup de carbone vers le secteur de l’énergie propre, il faut offrir à la main-d’œuvre des moyens de passer en douceur vers d’autres occasions d’emploi. Les travailleurs, les travailleuses et leur famille doivent avoir confiance en un virage vers l’énergie propre qui ne se fera pas au détriment de leur gagne-pain. Selon l’étude sur la mutation professionnelle commandée par l’American Petroleum Institute et les North America’s Building Trades Unions, sans le nucléaire, la main-d’œuvre du secteur pétrolier et gazier est actuellement limitée dans ses occasions de passer à des emplois comparables et valorisants dans le secteur de l’énergie propre. Si nous ne parvenons pas à attirer de façon active la main-d’œuvre du secteur des combustibles fossiles vers les emplois actuels dans le domaine de l’énergie propre, les forces du marché continueront la transformation déjà entamée du secteur de l’énergie sans égards aux principes d’une transition équitable.

Notre pays est à l’orée d’une occasion qui pourrait stimuler la croissance économique tout en améliorant la situation des changements climatiques et en soutenant la main-d’œuvre. Selon nous, le Canada possède des caractéristiques clés qui lui permettraient de contribuer au succès de la prochaine génération de technologie nucléaire, soit une main-d’œuvre qualifiée; la capacité de fournir et de se procurer des matériaux et des pièces; et un accès facile à des modes d’exportation. La population canadienne saurait profiter de la création de bons emplois hautement spécialisés et de l’élargissement des possibilités de carrière tout en contribuant à un environnement plus propre.

La construction, la fabrication et la distribution de petits réacteurs modulaires avancés (PRMa) créeront des possibilités d’emploi au Canada, notamment pour les femmes, les Autochtones et les minorités visibles. L’Ontario, la Saskatchewan, l’Alberta et le Nouveau-Brunswick sont toutes des provinces qui ont déjà les capacités, la main-d’œuvre et les systèmes nécessaires pour produire des PRMa, une technologie qui jouera un rôle essentiel dans les exportations à l’étranger et l’utilisation au Canada. Cette technologie avancée permettra l’abandon du diesel dans les collectivités du Nord, la décarbonisation des activités minières et des exploitations de combustibles fossiles existantes, une contribution à la production d’hydrogène et un soutien aux solutions plus propres pour l’industrie. Les PRMa sont conçus pour fournir une électricité dont le coût est toujours bas, pour réduire les déchets et, surtout, grâce à leur sécurité intrinsèque, pour produire une électricité sans carbone qui est sûre et fiable.

Si nous voulons que le Canada atteigne son objectif de carboneutralité d’ici 2050, nous devons impérativement multiplier nos capacités d’énergie propre. Selon l’Agence internationale de l’énergie, il serait beaucoup plus ardu de parvenir à un système énergétique durable sans investir dans le nucléaire, car les émissions continueraient à augmenter à un rythme fou, les réseaux électriques deviendraient moins flexibles et le choix des énergies renouvelables serait plus difficile à justifier compte tenu des coûts initiaux et des capacités limitées. Si l’on exclut la production d’énergie nucléaire, le coût de l’électricité grimpera pour les consommateurs et le Canada risquera davantage de ne pas pouvoir contenir ses émissions ni appuyer la main-d’œuvre qui passe du secteur des combustibles fossiles au secteur de l’énergie propre. Pour réussir dans la lutte contre les changements climatiques, assurer la sécurité énergétique au sein du pays et veiller à la prospérité de la main-d’œuvre canadienne, il faut que l’industrie, les syndicats et les gouvernements travaillent de concert pour tirer parti de l’industrie nucléaire canadienne de calibre mondial et concrétiser un avenir carboneutre et une transition équitable qui profite à l’ensemble de la main-d’œuvre.

À propos de l'Union internationale des opérateurs ingénieurs

L'Union internationale des Opérateurs Ingénieurs (« UIOI ») est un syndicat progressiste et diversifié qui représente les travailleurs d'une grande variété de catégories professionnelles. Depuis 1896, nos 55 000 membres, présents dans 17 sections locales forgent les horizons du Canada. Nous sommes les spécialistes qui construisent non seulement les routes, écoles, hôpitaux, pipelines, parcs solaires et éoliens mais nous participons aussi au développement des ressources, a la prestation des soins de santé essentiels et services communautaires. Nous servons fièrement le secteur nucléaire canadien et nous nous engageons à faire des petits réacteurs modulaires une source d'énergie propre, sûr et abordable.